Plus de 8 000 enfants de moins de 5 ans touchés par l’épidémie

Plus de 8 000 enfants de moins de 5 ans touchés par l’épidémie de choléra au Nord-Kivu, L’UNICEF tire la sonnette d’alarme

Actualite Mode de vie Politique Sante

Le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) a annoncé dimanche 20 août que plus de 8 000 enfants de moins de 5 ans ont été touchés par l’épidémie de choléra au Nord-Kivu, en République démocratique du Congo, entre janvier et juillet derniers.
L’escalade des conflits et des mouvements de population dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC) a engendré une crise de choléra alarmante chez les enfants, alerte l’UNICEF. Plus de 8 000 enfants de moins de 5 ans ont été infectés dans la province du Nord-Kivu au cours des sept premiers mois de cette année, un nombre six fois supérieur à l’ensemble de l’année 2022.
Les chiffres globaux sont également préoccupants, avec plus de 31 342 cas suspects ou confirmés de choléra et 230 décès signalés dans l’ensemble du pays pendant cette période. La province du Nord-Kivu a subi le plus grand impact, enregistrant plus de 21 400 cas confirmés ou suspects, dont plus de 8 000 enfants de moins de 5 ans, d’après les données du Ministère de la Santé Publique, Hygiène et Prévention.

Shameza Abdulla, coordinatrice principale de l’UNICEF pour les urgences en RDC, exprime son inquiétude concernant l’ampleur de cette épidémie : « Si des mesures urgentes ne sont pas prises dans les mois à venir, l’épidémie risque de se propager dans des zones du pays qui étaient épargnées depuis des années. Elle pourrait également se propager dans les sites de déplacement, où les systèmes sont déjà débordés et où la vulnérabilité à la maladie est élevée, en particulier chez les enfants. Les familles déplacées ont déjà tellement souffert. »
Selon l’UNICEF, ces chiffres sont six fois plus élevés que ceux enregistrés pendant toute l’année 2022. Au total, au moins 31 342 cas suspects ou confirmés de choléra et 230 décès ont été signalés dans tout le pays au cours des sept premiers mois de l’année.
La province du Nord-Kivu, la plus touchée, enregistre à elle seule plus de 21 400 cas confirmés ou suspects, dont plus de 8 000 enfants de moins de 5 ans.
L’UNICEF attribue la persistance de l’épidémie à l’intensification des conflits et des déplacements dans l’Est du pays. La guerre civile qui sévit dans cette région depuis des années a contraint des millions de personnes à fuir leurs foyers, ce qui a rendu plus difficile l’accès à l’eau potable et à l’assainissement.
L’UNICEF appelle à une action urgente pour enrayer l’épidémie et protéger les enfants. L’agence onusienne demande aux autorités congolaises d’augmenter leurs efforts de riposte et de fournir une aide humanitaire aux personnes touchées par l’épidémie.

La surpopulation et la saturation des camps de déplacés favorisent la propagation du choléra. Les conditions dans les camps autour de la ville de Goma sont particulièrement préoccupantes, avec une pénurie d’eau et d’assainissement. Près de 300 000 personnes, dont 183 000 enfants, n’ont pas un accès adéquat à l’eau, et moins d’un tiers des résidents ont accès à des latrines, créant des conditions insalubres. Les enquêtes menées par le Ministère de la Santé Publique, Hygiène et Prévention révèlent que la majorité des familles touchées par le choléra étaient déplacées cette année.
Face à cette crise, l’UNICEF lance un appel de 62,5 millions de dollars pour renforcer ses actions de prévention et de réponse au choléra au cours des cinq prochains mois. L’objectif est de fournir de l’eau salubre, des kits d’hygiène, des latrines, des fournitures médicales et des soins à 1,8 million de personnes, dont 1 million d’enfants, afin de combattre cette épidémie en rapide expansion.

L’UNICEF appelle également la communauté internationale à soutenir les efforts de la RDC pour lutter contre l’épidémie. L’agence onusienne souligne que la RDC fait face à la pire crise de déplacement en Afrique et l’une des pires au monde, avec plus de 6,3 millions de personnes déplacées à travers le pays.

Josué Mutanava à Goma

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *