l’explosion d’une bombe fait 15 morts à Masisi-Kyangitsi

l’explosion d’une bombe fait 15 morts à Masisi-Kyangitsi

Actualite Guerre Justice Violence

Au moins 15 personnes ont trouvé la mort suite à l’explosion d’une bombe, le soir du vendredi 6 octobre, au village Kyangitsi, dans le groupement Nyamaboko 2, secteur de Katoyi, dans le territoire de Masisi (Nord-Kivu). Les sources locales rapportent que la plupart des victimes sont des femmes et des enfants. Le drame a également fait deux blessés.

D’après la société civile coordination territoriale de Masisi qui livre la nouvelle, la bombe abandonnée a été retrouvée par des enfants sur un palmier à huile. Après l’avoir découvert, ces enfants de la famille propriétaire du palmier à huile ont décidé de ramener l’engin explosif à leur domicile. Vers la nuit, plusieurs curieux, ont cherché à savoir ce qu’il s’agissait et c’est à ce moment-là que l’engin mortel a explosé faisant des morts et blessés.

« Vers 20 heures locales ce vendredi 6/10/2023, pendant que certains habitants cherchaient à savoir de quoi il s’agissait, la bombe a explosé, et a fait au total 15 morts et 2 blessés, voire d’importants dégâts matériels. Les 2 blessés sont admis au Centre de santé de Mahya et la population locale manque comment évacuer ces deux blessés vers une structure sanitaire appropriée, vu l’enclavement de l’entité », fait savoir Telesphore Mithondeke, rapporteur de la société civile coordination territoriale de Masisi.

Cet acteur de la société civile, qui plaide pour le déminage de la zone, indique que les personnes blessées sont prises en charge au centre de santé de Mahya, toujours à Masisi.

Plusieurs villages du secteur de Katoyi, particulièrement ceux du groupement Nyamaboko 2, font face à des combats à répétition entre les groupes armés locaux. Ce qui fait croire que plusieurs autres engins de guerre abandonnés et non explosés restent non explosés dans la zone.

« Notons par ailleurs que cela intervient après environ deux(2) mois d’hostilité entre groupes armés locaux dans cette région. D’où la crainte selon laquelle d’autres engins explosifs pourraient exposer la population à des risques du même type, alors qu’il s’agit des populations qui tentent de retourner dans leurs agglomérations respectives après une longue période de déplacement forcé suite à l’insécurité grandissante. Une assistance en faveur de familles victimes s’avère indispensable », ajoute cet acteur de la société civile basé à Masisi.

Telesphore Mitondeke appelle aussi les organisations humanitaires et autres partenaires œuvrant dans la zone de mettre un focus sur cette problématique si dangereuse. Il plaide également pour une assistance en faveur des familles des victimes de Kyangitsi.

Josué Mutanava correspondant à Goma

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *