Des organisations de la Société Civile dénoncent des multiples cas d’arrestations arbitraires

Des organisations de la Société Civile dénoncent des multiples cas d’arrestations arbitraires des DDH et demandent que justice soit faite pour les victimes

Actualite Culture Sport

Dans une déclaration conjointe et rendu public ce mercredi 21 février à Kinshasa, des organisations de la société civile et de défense des droits de l’homme ainsi que les mouvements citoyens, dénoncent les actes de violation droits de l’homme à l’endroit des certains activistes des droits de l’homme en République Démocratique du Congo.

Parmi ces organisations on peut citer , la société civile, Lucha , Syfeddi , Alerte- RDC, Asadho, Filimbi , Panel des experts de la société civile.

” Le samedi 3 février dernier, en marge d’une manifestation publique commémorant le 600 ème jour d’occupation de la cité de Bunagana en vue de demander la libération des territoires occupés par les forces négatives parrainées par le Rwanda et l’Ouganda , l’agence nationale de renseignement (ANR) a procédé à l’arrestation de quelques manifestants parmi lesquels figurent plusieurs acteurs de la société civile congolaise. Ces faits font suite à plusieurs autres arrestations, menaces, emprisonnements des activistes et certaines manifestations sont non seulement interdites, mais aussi violemment réprimées , tandis que d’autres sont tacitement encouragées et défendues” , peut-on lire dans ce communiqué dont la copie nous est parvenue.

Ces Organisations de la Société civile rappellent aux autorités administratives, politiques et des services de sécurité que le fait de manifester, de critiquer ou d’être contre la politique menée par le gouvernement ne constitue ni un crime, ni un délit mais est un droit constitutionnellement garanti. Elles demandent la libération des activistes et journalistes détenus.

Alors que le président de la République ne cesse d’appeler les congolais à l’unité pour faire face à l’agression dont le pays est victime, il est frappant de constater de constater les bavures à répétition des services de sécurité et les montages des dossiers auxquels ils se livrent dans l’objectif de museler certains leaders des organisations de la Société civile. Au CEPAS qui nous accueille encore aujourd’hui, il n’a jamais été question, pour nos membres arrêtés par l’ANR, de s’allier aux hommes politiques non autrement identifiés, pour mener des actions subversives. Il est d’ailleurs surprenant de constater que l’ANR se limite à l’arrestation de nos membres alors que les supposés hommes politiques sont tranquilles “, ajoute-t-il.

Ces organisations indiquent dans ce communiqué avoir enregistré ces derniers mois, des violations permanentes des procédures judiciaires et pénales, ainsi qu’un mépris des droits de la défense. 

“Au cours de ces derniers mois de ces derniers mois, nous observons des violations permanentes des procédures judiciaires et pénales , ainsi qu’un mépris des droits de la défense. En effet plutôt que de convoquer les journalistes les journalistes et les activistes pour leur signifier les charges qui pèsent sur eux, ces derniers sont enlevés ou arrêter arbitrairement et privés de tout contact avec leurs avocats et membres de famille. En outre, leurs outils de travail sont confisqués. De tels actes sont constitutionnellement répréhensibles mais aussi pénalement condamnables et ne devraient plus exister dans un État qui se veut démocratique. L’état de droit proclamé tout haut par le président de la République doit être observé par les services de sécurité et la justice congolaise”

Ces organisations demandent aux autorités congolaises de mettre un terme à ces genres d’interpellation, arrestation et détention arbitraire qui ne constituent pas moins un recul en matière des libertés fondamentales des citoyens dont la liberté de manifester.
En définitive, ces organisations exigent la libération immédiate et sans condition du journaliste Stanys Bujakera , Mwamisyo Ndungo King qui n’ont connu aucun crime.

Josué Mutanava, à Kinshasa

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *