Mweze, un chauffeur du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), a été tué à Goma,

Uncategorized

Résumé des événements
Selon les rapports d’actualité, Adolphe Mweze, un chauffeur du Comité international de la Croix-Rouge (CICR), a été tué à Goma, en République démocratique du Congo, dimanche soir. Il a été abattu à bout portant par des hommes armés qui l’ont accusé d’avoir causé un embouteillage. Les rapports indiquent que Mweze conduisait son véhicule lorsque des embouteillages se sont produits. Derrière lui se trouvait un véhicule noir transportant des hommes armés se présentant comme la milice Wazalendo. Lorsque l’embouteillage s’est produit, les hommes armés sont sortis de leur véhicule, ont suivi le véhicule de Mweze qui était devant eux et l’ont accusé de bloquer leur chemin. Ils l’ont ensuite abattu.

Impact humanitaire
Le meurtre de Mweze met en lumière la détérioration de la situation sécuritaire à Goma et les risques auxquels sont confrontés les travailleurs humanitaires. Selon le directeur général du CICR, plus de 300 personnes ont été blessées par balles et éclats de bombe à Goma et dans les environs rien qu’au mois de février. L’afflux de blessés a submergé les hôpitaux locaux. Ces dernières semaines, les affrontements entre les forces gouvernementales et le groupe armé M23 se sont intensifiés, entraînant le déplacement de plus de 72 000 personnes et rendant l’accès humanitaire difficile. Une telle violence menace les efforts humanitaires visant à aider les civils touchés par le conflit en cours.

Réponse du CICR
Le CICR opère dans le Nord-Kivu depuis 1993, fournissant des soins médicaux et une assistance aux victimes du conflit. En janvier, le CICR a aidé au transport de quatre personnes blessées de Rutshuru à un hôpital de Goma pour y recevoir des soins supplémentaires. Il soutient également les hôpitaux qui reçoivent un grand nombre de blessés, tels que l’hôpital Bethesda à Goma. L’organisation appelle toutes les parties à protéger les civils et à permettre l’accès humanitaire, conformément au droit international humanitaire.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *